« Savitzkaya, Chevais, Degroote, Guillain à Calais | Accueil | Carte Blanche à Alain Helissen : recension du n° 183 de la revue Action poétique »

dimanche 09 avril 2006

Commentaires

Ce verdict fait plus que de condamner JM Maulpoix à une amende: il blesse notre raison, notre sens logique, au nom d'une procédure qui est peut-être "juridique" mais qui n'en est pas moins insensée. Sans vouloir accabler l'Institution de tous nos maux, force est de constater que les errements des magistrats paraissent se multiplier. On est bien obligé, dans le cas de Maulpoix, de revenir à la phrase de Pascal: "Ne pouvant faire que la justice fût forte, on a fait que la force fût juste...", puisqu'on veut faire bénéficier les policiers mis en cause d'une mesure qui, apparemment, allègerait leurs frais de justice. N'est-ce pas une forme de "communautarisme" professionnel?
Pour JMM , l'affaire est close. On revient à l'écriture et à la poésie qui cicatrisent bien mieux les paroles ingrates et assassines. Merci Florence de nous faire retrouver ce chemin de sens moins mesquin et plus généreux.
Je suis consterné par cette condamnation ! et je souhaite vivement que Jean-Michel Maulpoix réouvre son site ! Patrice Houzeau Le Blog Littéraire
Effarant!
Je suis accablée devant une telle injustice et très attristée de la fermeture de son site . Mon soutien à Jean-Michel Maulpoix. Je vais diffuser comme il le demande le verdict et la lettre. J'espère que nous pourrons organiser une action collective contre ce verdict. Merci pour l'information Sylvie Fabre G.
Il est important en effet de faire circuler l'information. Ce verdict est absurde. Il remet en cause la notion même de citoyenneté.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.