« Anthologie permanente : Andrée Chedid | Accueil | Anthologie permanente : Ossip Mandelstam »

jeudi 20 avril 2006

Commentaires

Mandelstam. Une leçon de poésie minérale. J'ai rarement lu des poèmes aussi subtils pour suggérer neige, froid, buée, gel. Rarement lu des textes aussi poignants sur le retour dans sa ville natale, et ses lampes d'huile grasse. Rarement senti cette intensité des notations qui disent un coeur, qui soulagent une souffrance, qui avec autant de simplicité décrivent l'ordinaire d'une vie. Mandelstam. Une leçon de poésie politique. Chapeau ainsi pour les "Distiques" qui lacèrent Staline, le font tomber de son piédestal. Chapeau de comparer les moustaches du si brave dictateur à des vers! Il faudrait faire pareil pour tous les dictateurs de cette espèce : Poutine et tant d'autres! J'avais écrit, à ce propos, chez Multiples ( la belle revue d'Henri Heurtebise), une suite de poèmes "16 élégies de ruine" sur les vives impostures des régimes sanglants, russe, chinois,cubain... Mandelstam nous a montré la voie. Ne pas écrire pour rien. Dire l'intérieur - une voix, l'extérieur - un monde. Entre, les mots... essentiels. Quand je lis Mandelstam, je frémis et je suis plus kurde, plus arménien, plus tibétain, plus offensé que tous les offensés. C'est cela le pouvoir de la vraie poésie.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.