« Celan, sur parole | Accueil | Anthologie permanente : Ariane Dreyfus »

mardi 26 juin 2007

Commentaires

Détailler, savourer la beauté étrange du monde au travers de ces visions, c’est faire vibrer l’absence qu’il cache. Comme quelquefois je crois, dans la peinture chinoise, où ce qui est évoqué est bien plus important que ce qui est montré ; l’essentiel demeure pour Jaccottet ce qui n’est pas dit, certainement indicible.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.