« (anthologie permanente) Franck Doyen, "la pluie pour unique mémoire, épuisante, défait le cercle laineux, claque aux oreilles" | Accueil | (Archive) Jean Vilar lit "Le cimetière marin" de Paul Valéry »

mercredi 08 février 2017