« (Carte blanche) à Claude Minière : "le poème comme théâtre de la cruauté" | Accueil | (Anthologie permanente) Bohumil Hrabal, "en vain je pleure le crâne troué de Maïakovski" »

mardi 25 avril 2017

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.