Claudio Magris et Mario Vargas Llosa  La littérature est ma vengeance