Ma Newsletter

Pour recevoir le Flotoir par mail (toutes les trois semaines environ)

« Les choses bavent | Accueil | Du composite des pensées »

17 décembre 2006

Commentaires

Que l'agencement des mots parle, certes. Mais aussi qu'il laisse parler, qu'il laisse monter la rumeur, biologique, géologique, sève et lave et bruit de fond. L'accord ne doit pas seulement être juste, il doit résonner, livrer le passage à un son très lointain, qu'il nous rend soudain proche. Et il y a de la violence dans cette soudaineté, cette éruption, cette irruption.

Oui Florence, tout à fait d'accord. A ceci je rajouterais le temps: car il faut que l'écriture passe par une forme d'oubli, et que s'éloignant d'elle on puisse prendre un peu de distance, oublier l'émotion initiale, et voir si ce qui reste tient debout un moment plus tard. Enfin bien entendu il faut accepter de s'en remettre à l'autre, à la sagesse comme à l'injustice du lecteur. Penser qu'on écrit pour soi seul me semble une illusion, car la langue est d'abord communication avec un lecteur.

amicalement

Bon, tout cela donne envie de vous entendre, de goûter une telle "improvisation".
Quant à l'écriture, je rejoins le commentaire ci-dessus. Une écriture parle à autrui lorsqu'elle a parlé au préalable à l'auteur. Tout est là, dans le ventre de l'auteur. La question du lecteur vient après. Avant d'être "lisible" pour les autres ; être lisible pour soi.

Chère Florence,

Il a souvent été dit d'une écriture que nous connaissons bien tous deux qu'elle est parfaitement reconnaissable par sa "petite musique".
Je m'étais interrogé sur cette expression, et sur ce en quoi cet adjectif "petite" donnait à cette "musique" quelque chose d'exemplaire, sinon de grand, que ne lui donnerait pas par ailleurs l'épithète "grande". Je ne parle même pas de l'absence d'épithète. Dire, à propos d'un écrivain, "c'est toujours la même musique", n'est pas particulièrement gratifiant. Remarquez également que cela ne manque pas de panache d'écrire comme Queneau : "Il finit de s'habiller sur l'Opus 136". Mais pourquoi l'Opus 136 ? A mon sens, cela ne signifie pas la même chose si nous avons affaire à Saint-Saens ou à Beethoven. Dans un des deux cas, c'est indéniablement moins "glorieux"!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.