Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Almanach : Jean Tardieu | Accueil | Evènement : une lecture-rencontre avec Zéno Bianu et Mireille Fargier-Caruso, »

mardi 30 novembre 2004

Commentaires

Je reviens encore sur ce Kékszakállú (ne pas oublier l'accent sur le "u" final - prononcé "ou") qui signifie précisément "qui a la barbe bleue" ou "à la barbe bleue". Le mot pour moi n'évoque aucune cacophonie, bien au contraire, j'y trouve une harmonie subtile qui tient notamment au jeu des oppositions vocaliques. L'allusion à Bartok, comme vous l'indiquez, est évidente, et place d'emblée ce recueil sous le signe de la musique. HP
Votre Kékszakállu m'a intrigué, ayant une certaine connaissance (bien imparfaite) du hongrois, mais suffisante pour vous faire remarquer que l'accent aigu sur le "a" se porte sur la 3è syllabe et non la seconde, ce qui change aussi bien la prononciation que le rythme du mot. Vous ne m'en voudrez pas je l'espère de cette remarque toute amicale. HP
Bonjour, je n'ai pas réussi à conyacter Valérie Rouzeau au Salon du Livre de Paris ; je voulais lui offrir, en respectueux hommage, mon premier livre publié aux Editions le Capucin. Deux livres m'ont fait verser des larmes ; PAS PARTIR est l'un d'eux. Pourriez-vous, s'il vous plaît, lui transmettre ma demande ? Mon e mail ? Je vous en remercie d'avance. Bien cordialement. Florian MOR
Bonjour, je n'ai pas réussi à conyacter Valérie Rouzeau au Salon du Livre de Paris ; je voulais lui offrir, en respectueux hommage, mon premier livre publié aux Editions le Capucin. Deux livres m'ont fait verser des larmes ; PAS PARTIR est l'un d'eux. Pourriez-vous, s'il vous plaît, lui transmettre ma demande ? Mon e mail ? Je vous en remercie d'avance. Bien cordialement. Florian MOR

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.