Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Almanach poétique : Joseph Brodsky | Accueil | Musique et Poésie à la Maison de la Poésie, à Paris »

mardi 29 mars 2005

Commentaires

Ce que dit Ungaretti me rappelle un texte de conférence d'Emmanuel Lévinas. L'émotion irréductible qui naît du visage de l'autre et de la perte de celui-ci. Je ne l'avais jamais bien compris, et il me semble que ce texte l'éclaircit. Pour moi... j'y crois!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.