Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Musique et Poésie à la Maison de la Poésie, à Paris | Accueil | Lectures d'Avril à la Maison de la Poésie »

mercredi 30 mars 2005

Commentaires

c est bien ecrit
Pauvres humains roulant leur rocher sur le dos : le petit jésus est mort et ressuscité mais pas le pape jamais- les giboulées-les chaussées glissantes- les actes manqués- les dimanches qui n’en finissent pas de s’étirer- la nouvelle Constitution- les nuages de printemps- les débordements en tout genre-le carnaval de carton pâte- les pêcheurs du dimanche-les dernières bénédictions papales- le boulot métro dodo- les cadavres explosés dans la ferraille- les règles de Trois et les autres-les menstrues-le débarquement encore et toujours- l’appel du 18 juin chaque année que le Bon Dieu fait- le Tour de France qui n’en est plus un- la Vierge dans le ciel étoilé d’été- l’éléphant de la Bastille démoli comme le reste –la Canicule du latin « canis culare »- les Lits d’amour défaits – la Rentrée plus jamais-la chasse d’eau qui se déglingue- les marrons qu’il faut tirer du feu - les délires de Tsunami- tous les Défunts à venir-la Vignette au panier- la piquette est arrivée-les bien lunés les mal lunés- les fesses et les Fèces-les brumes de printemps-les bourgeons-la lumière d’avril- les dindons de la farce- les deuils-le Vendée-Globe- les Mariés cocufiés- le petit jésus- plus que jamais-
Voilà du bel humour. C'est un poème à déclamer haut et fort dans la rue, c'est dans les mots mêmes.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.