« Almanach poétique : Heather Dohollau | Accueil | La mort de Pierre Torreilles »

mardi 08 mars 2005

Commentaires

Jusqu'ici je n'avais jamais osé laisser une trace de mon passage sur ton merveilleux sanctuaire de la poésie. Peut-être la journée de la femme me donne t-elle du courage, aussi je veux te dire combien je suis impressionnée par la somme de travail que tu fournis pour nous servir quotidiennement ce petit lait des dieux d'en bas. Ton histoire d'amour avec les mots donne envie d'en tomber amoureux à son tour.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.