« Almanach poétique : Francis Ponge | Accueil | Doublé Butor à Nantes »

lundi 04 avril 2005

Commentaires

Avec tout le respect pour le poète... je trouve que votre photo le dépasse. Un cadrage original, sans début, sans fin, avec les vagues indéfinies du sable et un infini qui s'ouvre à droite...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.