« Annulation de la lecture Fabienne Courtade à Nantes, demain | Accueil | Lalla Romano »

mardi 24 mai 2005

Commentaires

Idem que SabineBourgeois,d'autant que j'ai été déçu des traductions des poèmes d'Emily Dickinson, par Alain Bosquet ou de vivre avant l'éveil chez Arfuyen et plus touché par l'édition bilingue, traduit par Claire Malroux qui ne traduit pas de bouche à bouche mais de corps à corps, si j'ose cette métaphore ! En faits, merci de faire mieux connaître les sensibilités et ainsi de se voir soi-même comme un être non isolé de son ressenti... Exemple quand il est dit de voir les étoiles différemment par la périphérie du regard... Merci Madame Trocmé de cette telle approche vers les autres... Au passage, je n'ai pas eu de nouvelles de Jean-Louis Giovannoni et en suis surpris mais sans plus,l'ayant connu au travers du regard de Ghislaine Amon, dîte Raphaèle George.... Cordialement, Erick Pécastaings.
Si j'avais une hésitation, je n'en ai plus, quant à mon désir de lire ce livre ! Merci

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.