« Une rencontre avec Gabrielle Althen | Accueil | Margo Berdeshevsky : le Tsunami Notebook »

vendredi 24 juin 2005

Commentaires

Ce 'Midi la Lune' est un livre délicat et tranquille, où la poésie passe entre toutes les recettes existantes sans s'y abandonner. A quel courant, pourtant, le rattacher ? Aurélie Nemours peintre nous donne un indice : à travers Mondrian, un inspirateur évident, c'est le pôle le plus spirituel du Suprématisme qui pourrait revendiquer cette oeuvre en marge - une marge lumineuse - de la poésie française. Jean-Marie Perret.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.