Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Claude Roy | Accueil | Anthologie permanente : Marianne Cohn »

samedi 27 août 2005

Commentaires

Quelle belle réflexion sut le temps et le souvenir. Qui reprend vie. Il ne manque que l'odeur de poussière et de bois.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.