Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Jamel Eddine Bencheikh | Accueil | Valérie Rouzeau, Sylvia Plath, un galop infatigable »

lundi 10 octobre 2005

Commentaires

Soirée hommage à Bencheikh à l'IMA. Des témoignages émus, de l'amitié et de la reconnaissance, des textes lus par Sapho, ce fut un beau moment et Jean-Pierre Siméon qui faisait le monsieur Loyal s'est permis de dire avec justesse que la francophonie pouvait être fier d'accueillir de tels auteurs et que les poètes français à travers lui seraient toujours reconnaissants à JE Bencheikh de son apport à la poésie. Pour moi ce que j'en retiens le plus c'est le portrait d'un homme de culture certes, et la plus haute, mais aussi de convictions qui savait à la fois les affirmer avec colère contre les despotes religieux ou idéologiques de l'esprit et dans le même temps était capable de respecter des opinions différentes et de rester curieux. Je parlais encore de lui ce midi avec mon grand ami Claude Pierre Boutet (voir sa fiche dans la poéthèque ou sa page sur mon site) qui était son voisin et ami en Touraine et il me répétait combien son amitié était précieuse. Son émotion et celle de plusieurs intervenants ce soir en sont la preuve.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.