« "Lectures" poétiques par Alain Marc : 5 | Accueil | André Velter et Laure Cambau aux Parvis Poétiques, à Paris, le 4 décembre 2005 »

lundi 05 décembre 2005

Commentaires

La réalité s'est faite toute peau / elle a peur de sa propre étendue / elle appelle un geste et le partage /// il faut d'abord planter l'ongle et la griffe / soulever un peu de l'épaisseur faire / surgir l'accident minuscule un souvenir /// la taupe du papier va tout droit / c'est un désir masqué qui cherche / où se cache toujours le commencement /// est-ce que la durée voudrait un lieu / elle taille ici un labyrinthe / elle verse dessus l'apparence d'un champ /// et le secret fait semblant de n'être rien / il met des rides plante des pas perdus / les sentiers d'un visage enterré sous le temps Bernard NOËL Jaques CLAUZEL Peintre Fata Morgana 2005 Pas de pagination
L'occasion de vous dire enfin "Merci!" pour ce morceau de pain quotidien, je veux dire ce bout quotidien de poésie

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.