« Rues de la forêt belle de André Ughetto | Accueil | Anthologie permanente : Nelly Sachs »

dimanche 01 janvier 2006

Commentaires

Bonne année, Florence. Même si je ne suis qu'un lecteur de l'ombre, caché parmi les blogs à demi noirs, vous me savez présent, je le sais, et attentionné. Pour vous, ce très grand poème de Jiménez, qui, les jours de crépuscule, m'est un viatique :

HIVER

"Nous allons, en silence, dans la campagne froide,
devenue inconnue, immense, étrange dans le brouillard.
Que tout est seul, ah! et nous deux !

- Silence. Aveuglement. Silence ! -
Soudain, le soleil diffus
- où donc était-il le soleil ! -
d'une déchirure brusque du couchant,
nous donne partout - quelle ardente confusion ! -
la spectrale compagnie de l'ombre."

Juan Ramón Jiménez, Beauté, José Corti, Ibériques, 2005, page 59.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)