« Anthologie permanente : Yves Bonnefoy | Accueil | Anthologie permanente : Gabrielle Althen »

jeudi 26 janvier 2006

Commentaires

"fastoche, j'aurais pu le faire" : s'arreter la est de mauvais gout. elle s'arrete en chemin. il faut continuer : "fastoche, j'aurais pu le faire, d'ailleurs, pourquoi n'essaierai-je pas ?" La poesie qui appelle son prolongement, sa reponse ou sa sortie par l'ecriture est rare. ce n'est pas le moindre merite du livre d'Alain Frontier que d'aviver le desir d'ecrire. Rien de plus enthousiasmant qu'une oeuvre qui fasse dire : "je pourrais en faire autant" car si cette reaction se ramifie, elle provoque le desir d'oeuvrer enfin. Michaux l'avait compris : lisons la postface de La Nuit remue...
Je persiste et signe : il s'agit bien d'un imaginaire asséché pour 25 €. Pour animateur (trice) de certains ateliers d'écriture. Désolé ! Votre écrit sur l'écrit dont il est question est plus séduisant que l'énumération des horaires de du noteur et de la photographe.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.