« Ce que Change a fait : un numéro spécial de la revue Faire Part, présentation et annonce d'une lecture à Marseille | Accueil | Actualité de Pasolini »

vendredi 03 février 2006

Commentaires

Une salle magnifique comme Paris sait en receler derrière des portails austères et plus de 200 personnes, dont beaucoup de connaisseurs, pour écouter Mahmoud Darwich et plus encore Dider Sandre dans la traduction de Elias Sanbar. Il n'ya pas de hasard à ce que Darwich ait la réputation qui est la sienne. Avec "Ne t'excuse pas", son dernier recueil publié chez Actes Sud, il inscrit de nouveau le réel quotidien, la nature, les objets dans le cadre de la lutte pour sa patrie, il démontre s'il en est besoin la vitalité et l'espoir de son peuple. Il a su aussi le faire en se prêtant au jeu des questions réponses avec le public avec humour et sincérité.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.