Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Salve Debord au cipM à Marseille : exposition, projections, débats | Accueil | Jacques Roubaud à Cergy le 4 mars »

mardi 28 février 2006

Commentaires

Belle évocation d'un livre, qu'on s'efforcera de lire le plus tôt possible. - La tradition des Sept Dormants d'Ephèse a bénéficié dans l'histoire de multiples versions (Chrétienté et Islam, Comores, Indonésie...) Elle serait née vers 449 de la volonté de l'évêque d'Ephèse Etienne (grec) d'utiliser la découverte récente (448)de sept corps jeunes et bien conservés comme argument en faveur de la résurrection, à l'encontre de certaines tendances jugées hérétiques. Néanmoins la version la plus ancienne parvenue jusqu'à nous est celle de l'auteur chrétien syriaque Jacques de Saroug (+521), version vraisemblablement passée en milieu arabe chrétien avant d'être recueillie par le Coran (où elle figure à la Sourate 18, La Caverne)vers 618 ? - Du côté chrétien latin, de nombreuses traditions locales attestent un culte populaire dans de nombreuses régions d'Europe. Néanmoins le récit le plus ancien apparaît chez Grégoire de Tours (vers 587), et le plus célèbre (et proche de l'origine grecque)dans la Légende dorée de Jacques de Voragine (Gênes, avant 1260)- tous deux en latin. - Parler de la résurrection, c'est bien sûr une façon de parler du mystère de la mort, et celle-ci est bien jolie. (D'après François Jourdan, La Légende des Sept Dormants, Maisonneuve et Larose, 1983.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.