« Anthologie permanente : Anne Mounic | Accueil | Carte Blanche à Laurent Margantin (après le décès de Hilde Domin) »

samedi 04 mars 2006

Commentaires

Bonjour, je pense tout à fait comme cette personne; on dirait qu'actuellement on tente de faire de la poésie un objet strictement consommable et on oublie qu'il est porteur du rythme même de la vie, dans ce qu'il a d'intraduisible, de souffrant, de définitif, de non institutionnel. Biensûr, il est interessant que l'on fasse connaître des créateurs, mais on ne doit pas oublier l'impondérable qui gîte en eux, et les respecter à ce titre. Je vous salue.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)