Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Carte Blanche à Laurent Margantin (après le décès de Hilde Domin) | Accueil | Sylvie Fabre G. Quelque chose, quelqu'un »

samedi 04 mars 2006

Commentaires

Que l'intéressé m'excuse. Faute de rapidité dans mes connexions (cela peut s'entendre en divers sens), je viens à peine de découvrir la lettre que Brice Petit "nous" envoyait, via le blog de François Bon, et je veux dire l'émotion qu'elle suscite en moi. Nous n'en finissons pas de découvrir les errements, en France, de nos "machines" et policière et judiciaire. L'affaire Petit-Maulpoix en est une nouvelle illustration, pas moins grave peut-être que celle d'Outreau, avec son fond de calomnie, d'hypocrisie, de torture psychologique, heureusement différente par son traitement dans les medias, mais en tous cas d'une identique absurdité. La lettre de Petit, parfaite dans sa forme,contient une haute leçon morale qui signale notre délabrement national en la matière et projette sur nos crises sociales récentes, présentes et à venir,la lumière de sa propre explication. Beaucoup de ceux qui croient gouverner, à quelque niveau que ce soit, seraient bien inspirés d'en prendre connaissance. André Ughetto

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.