« Anthologie permanente : Claude Esteban | Accueil | Jean Grosjean »

jeudi 13 avril 2006

Commentaires

Nous nous sommes assis ce jour-là, mon ami, à la table de l'ancestrale invention des prosodies... Nous garderons mémoire de cet envoûtement qui n'a rien à voir avec ces subtilités d'oreille qui descendent vers l'informe et font la délectation des soiffards et des délicats. Leur éloquence criarde ne console que des initiés. Elle ne nous apprend rien sur nous-mêmes. Aucune lampe pour les jours sombres. Aucune fenêtre sur le petit matin. Cette communion silencieuse et grossière cache à chacun sa fragilité et sa solitude jusqu'à tel jour du brutal craquement où leurs recours sont dérisoires. Nous garderons avec cette source profonde une irremplaçable et réconfortante intimité quand nous déchirent la passion et la joie, la honte et le vertige, le deuil et la peur... quand nous sommes seuls et tout à fait nous-mêmes.
Eh bien! Cette information m'avait totalement échappé! Les médias sont bien discrets. Je vous sais gré de me l'apprendre, même si cette nouvelle n'est guère joyeuse. Alfred.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.