« Eugenio de Andrade | Accueil | Le Marché de la Poésie, avant-première »

vendredi 26 mai 2006

Commentaires

A la demande de mon ami, l'archéologue et poète portugais Vitor Oliveira Jorge, je publie ces commentaires qu'il m'a envoyés par le courriel à propos de ce texte de Eugenio de Andrade : "Très bon choix d’un grand poète portugais. Pourtant les trois derniers vers de la traduction n’ expriment pas ce qu’il veut poétiquement. Ça serait plutôt quelque chose comme ça: Auparavant pourtant, comme une syllabe tremblante, elle revient pour rompre, pour blesser, pour caresser la plus lointaine des étoiles. (il y a une suggestion de surprise, de revenir quand on l’attend moins... Eugenio est très concis et très difficile....très subtil). A n’en pas douter, la poésie est une des choses que le Portugal a de mieux

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)