Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Sereine Berlottier | Accueil | Anthologie permanente : Paul Valéry »

jeudi 27 juillet 2006

Commentaires

Une écriture traversée par une vibration, un tremblement d’angoisse, qui se précipite le regard de vision en vision, enchaînant des détails fragmentaires et étranges, par delà les précipices d’une absence obsédante, et qui vous enivre tout au long d’une longue mélopée brutale mais mélodieuse. Comment ne pas aimer avec passion ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.