« Anthologie permanente : Françoise Hàn | Accueil | La disparition d'André Rochedy »

vendredi 18 août 2006

Commentaires

Oui, Florence, les points communs sont très forts... J'ai lu ce texte de Mathieu Bénézet, Florence, avec ce sentiment, ému d'émois (d'effroi ? - presque, c'est presque cela), quand la joie, sous l'ampleur de la surprise la plus grande, ne peut qu'être remplacée, switchée, par la lourdeur, du poids dans le coeur (dans le fond, dans le fond de sa cavité). Oui, ce texte parle, me parle, tant !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)