« Anthologie permanente : Hélène Cixous | Accueil | Loïc Herry »

dimanche 10 septembre 2006

Commentaires

C'est vrai, Verhaeren a vieilli, il est plus loin de nous que Verlaine ou Charles d'Orléans, et même que Francis Jammes... Et pourtant, il est toujours intéressant de rouvrir Toute la Flandre ou Les villes tentaculaires. La sauce est douçâtre, mais les bonnes bouchées sont fréquentes. Quoique la pensée manque terriblement de force, il y a une sincérité touchante dans cette poésie qui, en dépit de la lassitude qui le gagne - c'est écrit long, trop long - dissuade le lecteur d'en dire trop de mal. J.-M.P.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.