Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Josée Lapeyrère et Jérôme Game au Triangle à Rennes | Accueil | Jean Daive, Anne-Marie Albiach l'exact réel, une recension d'Olivier Goujat »

mardi 28 novembre 2006

Commentaires

Ah le puissant coquelicot, son rouge écarlate, son mouvement inscessant, sa fragilité même n'ont pas fini de nous inspirer !
En écho amical au Coquelicot de Zanzotto, le Coquelicot de Giuseppe Conte. Angèle

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.