« Anthologie permanente : Ernst Meister | Accueil | Jacques Ancet parle de Juan Gelman, aujourd'hui, vendredi 26 janvier 2007, à l'Institut Hispanique, à Paris »

jeudi 25 janvier 2007

Commentaires

Le manque d'accès à la culture qui fut lié à la condition féminine durant des siècles explique à mon sens en partie la longue absence des femmes sur la scène poétique. S'y adjoint également un élément majeur qui en freina longtemps l'essor : le confinement du sexe dit (à tort) "faible" dans des valeurs jugées par les hommes féminines : douceur, tendresse, bons sentiments, qui engendra, entre autres des Anna de Noailles, Lucie Delarue Mardrus, Renée Vivien, Marceline Desbordes-Valmores, bien souvent trop "glucosées". Ce n'est qu'en s'appropriant également des valeurs jugées traditionnellement masculines, telles que la vigueur, la crudité, la violence, que la poésie féminine a pu s'émanciper et devenir poésie tout court. Dans les nouvelles générations, cette fusion me semble flagrante chez notamment Claire Genoux, Véronique Bergen,Tatiana Gerkens, Lola Sponge, Vivian Lofiego, la Fée Cabossée, Nina Louve.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)