« Anthologie permanente : Jean-Pierre Chambon et quelques autres piétons de Paris | Accueil | La mort d'Isidore Isou »

mercredi 01 août 2007

Commentaires

Le coeur aride de tant d'écrivants... Le coeur palplitant de tant qui n'écrivent... Et parfois, la rencontre féconde d'un(e) qui écrit, sent et vit...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.