« La revue de création, entre auteur et lecteur, un débat du Salon de la Revue, samedi 20 octobre 2007 | Accueil | Devoir de penser plutôt que devoir de mémoire (tout je éteint) »

dimanche 21 octobre 2007

Commentaires

La mort d'un poète me fait toujours de la peine surtout losqu'il se la donne ;cela fait peur. les poète ces etres fragiles sensibles et discrets sont l'ame du monde et la fleur de l'humanité Cessons de les froisser , sans eux la vie est morne . A la mémoire de Edouard Levé

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.