Obtenez les nouveaux articles par mail :

« Cole Swensen | Accueil | Portes muettes de Reïzl Zychlinsky »

lundi 10 décembre 2007

Commentaires

DROP GOAL Prétendre qu'un poème pense C'est assimiler l'art de l'ébéniste A la grossièreté d'un rabot Le poème vit Et ne se réduit pas A une fonction mécanique Agrémentée de réactions biodégradables Le poème est le reflet D'un instant primal Le murmure de soie Qui shunte insolemment Les barrières des sourds

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.