« Revue Critique, Les Intensifs, (lecture d'Anne Malaprade) | Accueil | La mort de la poétesse danoise Inger Christensen »

lundi 05 janvier 2009

Commentaires

La poésie est une grande mutilée / Il lui faut des béquilles pour marcher / Des lettrines pour frapper / Des paroles pour parler / Des images pour voir / Des sourdines pour entendre / Paul Valet, Les poings sur les i, Mercure de France, p.32

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.