« Perspectives démocratiques, de Walt Whitman, traduction Auxeméry (par Philippe Blanchon) | Accueil | L'Ivresse des tombes et Hommage à l'Amiral Leblanc, de Guy Cabanel (par Samuel Macaigne) »

mercredi 31 août 2011

Commentaires

De Marie Etienne qui cite Bergman. La création ? "une terre chaude et sale sous un ciel froid et vide", à Lorand Gaspar qui écrit (Scherzo) : "Terre dévêtue/Terre usée/Lumière friable/saveur sans fond de chair nue/Ruinée, moulue/Comme un blé nouveau/Déjà mûr de sa musique/Qui monte dans les tiges du crépuscule...", en passant par tant de poètes, Poezibao trace en nos lectures un chemin entre ombre et lumière, absence et présence, transparence et opacité. Des paysages en "Approche de la parole" toujours inachevés, insuffisants, impuissants, pour témoigner de l'obstination à écrire la parole "saccagée de silence, ici et là inextirpable". J'ai aimé aussi "Lorand Gaspar - Cahier seize sous la direction de Daniel Lançon (Le temps qu'il fait - 2004) pour entrer dans la lumière obscure de cette admirable écriture.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)