« Poezibao Hebdo n° 148 | Accueil | Jeux d'oiseaux dans un ciel vide, augures, de Fabienne Raphoz (par Philippe di Meo) »

mardi 06 septembre 2011

Commentaires

Les morts ne peuvent pas se défendre... Eau des fleurs, eau des morts, sans sujet. des mots à peine audibles, tout ensevelis de silence-mottes de terres, des mots qui tanguent entre regagner le silence des tombes "de l'autre côté des mot que il n'y avait rien" et celui des paroles encagées. Rayonnement fragile des lucioles et phosphorescences de ces lieux d'où on ne revient jamais. Etonnement du témoin. inséparabilité tragique du dire et de l'innommable. Un poème de palette sombre, presque monochrome. Luminosité transparente des éclats de mots chus de rambarde. Poésie impitoyable et anxieuse. Lèvres entrouvertes comme rides du rire noir. Emouvant. Ecroulé. Griffures d'encre. Tout est muable, surtout la parole. Une rose musquée déjà effeuillée par l'automne avant le glacial hiver de la mort. Sept ans déjà... Fouiller ce livre posthume jusqu'à en recevoir la lumière entêtée...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)