« Carte blanche à Claude Guerre : Jacques Darras, le décathlonien de la poésie française | Accueil | Jeux d’oiseaux dans un ciel vide (augures), de Fabienne Raphoz (par Georges Guillain) »

mardi 06 mars 2012