« [Poezibao Hebdo] du samedi 1er septembre 2012 | Accueil | [feuilleton] « Jours naturels, cahier CIII », de Bernard Collin 4/15 »

lundi 03 septembre 2012

Commentaires

Cela touche beaucoup mais pourquoi la poésie tend vers la tristesse, la nostalgie ou encore la morbidité?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.