Obtenez les nouveaux articles par mail :

« [note de lecture] "La baignoire d'Archimède, anthologie de l'Obériou", par René Noël | Accueil | [bio-bibliographie] Christian Bernard »

lundi 03 septembre 2012

Commentaires

"Les temps les plus intenses étant probablement ceux où l'appel du bas-côté nous la fait découvrir pour ce qu'elle était déjà, que nous ne comprenions pas encore". Ces temps intenses ont emprunté le labyrinthe du rêve; la vie des rêves livre le dormeur à la paradoxale évidence des révélations, ou la surprise est à se dire qu’on avait oublié, ce qui de tout temps, n’a jamais cessé.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.